parallax background

Pourquoi je suis devenue vegan

Galette de Rois
4 janvier 2018
30 ans et des gâteaux
6 janvier 2018

Une décision qui a bouleversé ma vie.

O n me pose cette question dès qu'on apprend que je suis vegan. Alors je voudrais y répondre en détail aujourd'hui.

 

Devenir vegan était un processus, d'abord très lent puis de plus en plus accéléré. Le livre de Jonathan Safran Foe "Faut-il manger les animaux" faisait partie de ma liste de livres à lire depuis plus de 5 ans déjà. Seulement, je me suis jamais mise à le lire. Malheureusement, je dois dire aujourd'hui, car ce livre m'a vraiment bouleversée.

 

Tout avait commencé avec des maux de ventre. Mes intestins étaient dans un état minables, et juste le mot "transit" m'a laissé en sueur. Aller aux toilettes pendant les voyages était une torture, et les weekends aussi je n'arrivais jamais à faire mes "besoins". Il me fallait un rythme régulier, sinon c'était foutu. Pendant une période je me suis donc levée tôt le weekend exprès, juste pour ne pas finir le ventre gonflé le dimanche soir. J'ai pris des compléments alimentaires sans grand succès pendant des années et pendant tout ce temps j'étais convaincue que c'était lié uniquement au stress et au mental.

 

Puis un jour j'ai découvert un programme de coaching en ligne, qui alliait un programme de sport et de nutrition. A l'époque je mangeais encore régulièrement de la viande, même si je cuisinais de plus en plus de plats végétariens. Vegan, ça ne m'intéressait pas du tout, je trouvais ça ennuyant. Dans ce dite programme on omettait le lait de vache de son régime, (le chèvre ou brebis étaient "permis" ) et la viande seulement deux fois par semaine. J'ai donc commencé ce programme, et j'allais mieux. Mais c'était toujours pas au top.

 

Par la suite, je commençais à m'intéresser à la question de la nutrition et quels aliments avaient quel effet sur notre santé. La prochaine couche s'ajoutait quand j'étais à Vienne 3 jours avant Noël. On faisait les marchés de Noël avec ma mère et ma mémé avant de rentrer chez nous pour les fêtes (on habite en Haute-Autriche). Sur la place St. Stéphane une association de protection d'animaux a montré des vidéos sur les abattoirs, similaires à ceux qui étaient diffusées par L214 ces dernières années en France. Ces vidéos étaient dignes d'un film d'horreur et m'ont coupé l'appétit pour le repas de Noël. Ma résolution pour la nouvelle année était ensuite de ne plus manger de viande dont je connaissais pas l'origine. J'ai pris deux semaines pour réaliser que cette démarche n'était ni praticable, ni logique et manger la viande commençait à vraiment me dégoûter.

 

Il restait donc toujours la question sur le lait. Car le lait de vache j'avais enlevé seulement pour une raison de santé. Mais le brebis et le chèvre je mangeais toujours, et pas peu (j'étais accro au Roquefort). J'ai eu le déclic en regardant le documentaire "Cowspiracy". On voit des vaches sortant de leur enclos après la traite, les pis en sang, leur démarche bizarre car les pis sont beaucoup plus grands que ce qui est prévu naturellement pour une vache. Puis les veaux, qui partent à l'abattoir, ou à l'élevage pour taureaux ou d'autres vaches à lait. J'ai réalisé toute l'envergure qui est derrière l'industrie du lait, et peu importe quel lait. Les vaches, chèvres et brebis sont des animaux très sensibles et doux qui s'occupent de leurs petits comme tous les autres mammifères. Seulement, on ne les laisse pas s'en occuper. On sépare les petits de leur maman toute suite après la naissance, souvent les mamans n'ont même pas droit de les lécher. Les deux pleurent pendant des journées. C'est un scénario de tristesse inimaginable. Puis, niveau santé, le lait de brebis ou de chèvre n'est finalement pas mieux que celui de vache. Mais à ça je vais revenir dans un autre article.

 

Voilà donc ce qui s'est passé pour que je décide de devenir vegan. Une remarque que me font pas mal de gens ensuite: qu'est-ce que je fais pour le maquillage, les vêtements, les produits de ménager, etc… La liste de produits qui contiennent des parties d'animaux est immense. Vous saviez que dans les balles de tennis il y a des os moulu de cochon? Être 100% vegan est quasiment impossible. Mais je fais de mon mieux d'éviter les produits qui en contiennent. Mon maquillage et mes produits cosmétiques sont vegan, mes produits ménager sont à base de savon sans graisse animal, je n'achète plus de cuir, de laine, de duvet etc. Est-ce que je porte encore du cuir? Oui, car j'ai encore des chaussures qui datent d'avant ma "métamorphose" que je ne jette pas tant qu'elles sont encore bonnes à porter. Par contre, je bois encore du vin, et pas tout le vin est vegan, car pour le clarifier certains producteurs utilisent encore des vessie de poisson, de la gélatine ou du blanc d'œuf. Mais de plus en plus de viticulteurs changent pour l'eau de pois chiches et les bouteilles contiennent davantage le label "vegan".

 

Et comment je me sens aujourd'hui, donc ? BIEN ! Plus de maux de ventre, ma peau est plus claire, je transpire moins, j'ai plus d'énergie et moins besoin de sommeil. Avant, si je n'avais pas mes 7 heures de sommeil, la journée était foutue, aujourd'hui même avec 6 heures je me sens en forme. Je n'ai pas de carences, car je mange complet, avec le plus de couleurs possibles dans mon assiette et surtout des produits de saison et local voir bio. La seule chose que je complémente est la Vitamine B12, ce qui est obligatoire quand on mange vegan. 

 

Vous avez des questions ou voudriez franchir le pas vous-même ? Venez à un de mes ateliers pour apprendre comment confectionner des plats délicieux et facile à préparer ! Contactez-moi pour plus de détails !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 6 =

Restez informé !

Vous voulez rester informé des actualité de SpicyLia ? Aimez la page facebook et #suivez-moi sur Instagram !